Lots

film quand harry rencontre sally casting Lot 47

site rencontre mimizan Vendu : 180 000 €

EXCEPTIONNELLE VIERGE À L’ENFANT en pierre calcaire. Île-de-France, vers 1320.

rencontres villenave dornon Catégorie : Sculpture Ancienne

meet cherbourg octeville EXCEPTIONNELLE VIERGE À L’ENFANT en pierre calcaire sculptée en ronde-bosse et en partie polychromée, incrustations de verre de couleur. Debout et déhanchée, la silhouette en S allongé, elle porte l’Enfant assis sur son bras gauche, sa main droite aux doigts relevés tenant une grappe de raisins?; tête ceinte d’une haute couronne à larges fleurons feuillagés, ornée de cabochons de verre coloré, essentiellement bleu et vert, posée sur un voile dont les pans tombent devant les épaules ; visage large aux formes pleines avec les yeux étirés, le long nez droit, la bouche menue et le double menton?; chevelure encadrant le visage avec mèches aux fortes ondulations ; elle est revêtue d’une robe à la simple encolure, serrée à la taille par une fine ceinture et d’un manteau revenant en tablier?; drapés fluides sur le devant, formant des chutes tuyautées et étagées sous les bras ; l’Enfant à la tête ronde et au visage aimable tient un oiseau contre lui de sa main gauche et bénit de l’autre.

ruedelarencontre (légers accidents notamment à la couronne et aux doigts de la main droite de l’Enfant).
Île-de-France, vers 1320.
H. 149 cm

statistique lieux de rencontre PROVENANCE : ancienne collection Salavin, Paris.
Collège Notre-Dame de la Villette, La Ravoire, près de Chambéry (Savoie). La Vierge fut donnée dans les années 60 par Léon Salavin, ancien élève.

marilyn manson rencontre fan BIBLIOGRAPHIE : J. Bouvier, Collège Notre-Dame de la Villette, Montmélian, 2008, p 101, ill.

jamel debbouze rencontre zidane Annie Blanc, géologue, a analysé la pierre : il s’agit d’un « calcaire fin, blanc jaune, riche en milioles (foraminifère fossile de taille de l’ordre du mm) [qui] provient des anciennes carrières qui exploitaient les calcaires du Lutétien de Paris ou de ses environs. Deux provenances plus précises peuvent être proposées : soit le banc de cliquart des anciennes carrières de Paris soit le banc de liais de Senlis. »
Cette belle Vierge à l’Enfant du XIVe siècle représente l’archétype de la production de l’Île-de-France à son apogée. On peut la dater assez précisément entre la Vierge de Salins du musée Max-Chaudet (inv. S. 29) et la Vierge de l’église Saint-Lambert de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) c’est-à-dire entre 1310-1320 et 1320-1340 (fig.1 et 2). La présence d’un décor incrusté – des émaux de plique ornant la couronne sur la première (fig.1b), la seconde ne conservant que des traces d’incrustations – souligne la préciosité de la parure de ces Vierges à cette époque. Le calcaire lutétien à milioles utilisé pour la Vierge de Salins est du même type que celui analysé ici. De nombreux détails marquent également l’étroitesse de comparaison entre cette Vierge de l’ancienne collection Salavin et celle de Varennes issues vraisemblablement d’un même atelier : haute couronne fleuronnée, visage rond aux traits menus, position semblable de la main gauche au pouce relevé et aux doigts longs et fins, Enfant serrant contre lui un oiseau ou encore traitement des chevelures à l’identique.
Léon Salavin, héritier de la célèbre chocolaterie familiale fondée en 1873, a été un grand collectionneur, particulièrement d’oeuvres d’art du Moyen Âge. En témoignent les deux catalogues de vente de sa collection dans les années 1970 et plusieurs oeuvres conservées dans les musées nationaux, notamment au Louvre. Il formait, avec son épouse Jeanne Fournier, un couple de généreux philanthropes ; n’ayant pas eu d’enfants, ils consacrèrent une grande partie de leur patrimoine à encourager les jeunes talents dans le cadre de la fondation qui porte leurs noms. C’est dans cet élan de générosité que ce grand collectionneur fit don à son ancien collège de Notre-Dame de la Villette de ce chef-d’oeuvre de la sculpture du XIVe siècle.

rencontres amoureuses gard OUVRAGES CONSULTÉS : L Forgead, L’Âge d’or de la Vierge à l’Enfant – le XIVe siècle en Seine-et-Marne, Editions du Chêne 1995?; exposition Paris 1998, L’Art au temps des rois maudits?- Philippe le bel et ses fils 1285-1328, Galeries nationales du Grand Palais, cat. 31 et 81.